Taches jaunes en mer dues à des efflorescences terrestres

Ces derniers jours, des taches jaunes ont été perceptibles sur la mer, qui sont souvent emportées vers le rivage par le vent et les courants. Là, le fourré jaune s’épaissit encore plus, surtout dans les baies, les mandraches et les ports des villes. À la station biologique marine de Piran, ils affirment qu’il ne s’agit pas d’une efflorescence marine et que les taches jaunes sont le résultat d’une efflorescence terrestre. Des ordures sont également attrapées à la surface d’une eau aussi dense, ce qui contribue sans doute au fait que la vue de ce phénomène est encore plus désagréable, ajoutent-ils.


L’apparition de taches jaunes est le résultat de la floraison de plantes terrestres, principalement des conifères, explique Janja Francé de la Station biologique marine de Piran de l’Institut national de biologie. Photo : Petra Slavinec, Janja Francé


ISTRIE
> « Il y avait des rapports dans les médias selon lesquels la mer fleurissait. Ce n’est pas si loin de la vérité, puisque l’apparition de taches jaunes est bien le résultat de la floraison, mais pas la floraison de la mer, mais des plantes terrestres, principalement des conifères – pin, épicéa, cyprès, » Janja Francé de la Station biologique marine de Piran (MBP) de l’Institut national de biologie a écrit dans un communiqué de presse.

Comme il l’explique, les conifères sont des anémones, leurs grains de pollen sont équipés de sacs aériens qui leur permettent de « voyager » avec le vent. Lors d’une floraison abondante, de plus grandes quantités de grains de pollen sont également transportées dans la mer, où les vents et les courants les poussent « en tas ». Ceci est considéré comme des taches jaunes sur la mer.


Un coup d’œil au microscope a révélé qu’il ne s’agissait pas d’une fleur de mer. Photo : Petra Slavinec, Janja Francé

« Les rapports du Laboratoire national pour la santé, l’environnement et l’alimentation prévoient des quantités abondantes de pollen de conifères pour le mois de mai. La coloration jaune de l’eau due au pollen est également signalée dans la mer croate, ainsi que dans les lacs de Bohinj et de Bled. » il déclare.

Un échantillon d’eau de mer de la surface avec de la boue jaune a été examiné au MBP. « Un coup d’œil au microscope a révélé de grandes quantités de grains de pollen de conifères, ainsi que des organismes planctoniques, mais en quantités tout à fait normales. Nous n’avons donc pas confirmé la prolifération de la mer dans l’échantillon d’eau de mer », a annoncé Janja Francé.


Photo : Petra Slavinec, Janja Francé

Une prolifération marine, explique-t-il, est une multiplication massive d’algues planctoniques (plancton végétal) jusqu’à plusieurs millions de cellules par litre d’eau de mer, qui résulte de conditions favorables telles que des concentrations suffisamment élevées de nutriments dans l’eau et un ensoleillement suffisant. De telles efflorescences peuvent également colorer l’eau en rouge, vert, marron selon le colorant dominant contenu dans les cellules.

La floraison est un phénomène naturel qui est en principe le bienvenu, affirme-t-il. D’autres organismes se nourrissent de phytoplancton et c’est la base des réseaux trophiques marins. Le principal problème d’une floraison excessive est qu’elle peut entraîner un manque d’oxygène lors de la décomposition, et certains types de phytoplancton sont toxiques ou autrement nocifs, ce qui peut nuire aux organismes cultivés, à savoir les coquillages et les poissons, conclut Janja Francé.


Frédéric Charron

"Amoureux de la culture pop subtilement charmant. Évangéliste d'Internet. Résolveur de problèmes à vie. Passionné de bière."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.