Tamara n’a pas ajouté un nouveau chapitre au conte parisien

Il n’y avait pas de nouveau chapitre dans le conte de fées du tennis slovène cette fois. Il y a exactement un an, Konjičanka s’occupait du plus célèbre Tamara Zidanšek, lorsqu’elle est apparue en demi-finale à l’Open de France à Paris, ce qui a été la réalisation la plus remarquable de tous les acteurs de la scène du tennis slovène lors des tournois du Grand Chelem au cours des trois décennies d’indépendance. Maintenant, son chemin a été arrêté au 3e tour par l’Américaine la mieux classée Jessica Pégula.

Autour de la performance de Tamara, il y a eu beaucoup de spéculations parmi les connaisseurs en prévision du spectacle parisien. En cette saison, elle n’a pas encore montré un tennis aussi convaincant qu’il y a un an, même avec le succès de l’équipe slovène en phase de groupes de la Billie Jean King Cup (ancienne Fed Cup) il y a eu une montée en puissance plus visible Kaje Juvan comme nos actrices principales. En plus de cela, elle s’est d’abord fait remarquer juste avant d’arriver dans la métropole française avec sa toute première apparition en finale d’un tournoi WTA. Après l’exploit à Strasbourg, elle a ensuite répété le résultat de l’année précédente à Roland-Garros en se classant au 2e tour. Ici, cependant, la quatrième joueuse du classement mondial, l’Espagnole, était en compétition pour elle Paul Badosjuste trop fort.

Et même si les coups d’œil sur les classements ATP et WTA ne révèlent pas toujours le rapport de force et qu’il y a aussi des exploits fréquents des moins bien classés face aux favoris, dans le cas de Tamara Zidanšek ce n’était pas le cas cette fois. Elle est venue à Paris à une belle 24e place du classement, mais elle n’a tout simplement pas pu battre Jessica Pegula, 13 places plus haut qu’elle – 1:6, 6:7 (2). Dans la performance de Štajerka, ce n’était pas le meilleur tennis de l’année dernière, mais il est clair que la question se pose de savoir ce qui se serait passé dans le cas d’un jeu prolongé du deuxième set et donc d’une autre chance de gagner.

« Bien sûr, je suis désolé que cela ne se soit pas passé différemment dans le jeu étendu, mais je suis réconforté de savoir que je suis resté combatif et que je me suis battu pour un tour. En cela, je remarque mon mouvement vers le haut, car quand J’étais plus jeune, j’étais écrasée par un si mauvais départ et je ne pouvais plus me relever », a-t-elle rassemblé ses pensées après avoir dit au revoir à Paris et s’est concentrée sur les préparatifs de la suite de la saison de tennis, dans laquelle elle sera bientôt la caravane est passée de la base sablonneuse à l’herbe, dont le sommet sera Wimbledon, le célèbre tournoi londonien du 27 juin au 10 juillet.

Paris adieu avec Kaja
entre paires

Zidanškova a conclu son Paris 2022 également parmi les doubles, dans lesquels elle est en compétition cette année avec sa compatriote Juvanova. Ils ont brillé lors de la compétition par équipe mentionnée le mois dernier en Turquie, mais ici les Tchèques étaient trop forts pour les Slovènes Lucie Hradecka et une femme indienne Sania Mirza – 3:6, 4:6. « C’est difficile de revenir sur le terrain une heure après une défaite dans la compétition individuelle, mais j’aime toujours jouer avec Kaja », a déclaré notre leader.

Dans le passé, elle avait d’autres coéquipiers dans le cadre des performances entre les paires, cette année, ils se sont associés à la femme de Ljubljana et se sont fait remarquer à plusieurs reprises, notamment lors de cette semaine colorée d’avril en Turquie, lorsque les performances ont été toujours important pour le succès final et la promotion dans la partie éliminatoire de la compétition, qui se tiendra les 11 et 12 novembre. Ensuite, ce sera une tâche difficile de quatre matchs en simple et un match en double. Et bien que toutes les équipes nationales qualifiées pour cette prestigieuse partie éliminatoire soient connues depuis deux mois et demi, le tirage au sort n’a pas encore été effectué.

C’est ainsi que la saison continue pour Tamara et Kaja. La première a souligné qu’elle avait eu le meilleur entraînement de l’année juste avant d’arriver à Paris, et la joueuse de 21 ans de Ljubljana – son saut de la 68e place actuelle est à prévoir – est principalement visible dans sa préparation accrue à la compétition et sa variété. de qualité se déplace sur le terrain. Un meilleur exemple que sa paire, meilleure amie de la caravane du tennis, la Polonaise Iga Šwiatek, désormais non. 1 classement WTA, mais il ne peut tout simplement pas l’avoir !

Frédéric Charron

"Amoureux de la culture pop subtilement charmant. Évangéliste d'Internet. Résolveur de problèmes à vie. Passionné de bière."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.