Un prix d’or pour l’entreprise la plus innovante revient également à une entreprise de Pomurje

1. les médecins ont les mêmes droits constitutionnels que tous les autres citoyens. Par conséquent, on ne peut pas leur ordonner de faire du travail forcé, comme devoir rester dans le secteur public pendant tant d’années parce que nous avons payé leur éducation. Ou, si cela s’applique aux médecins, cela doit s’appliquer à tout le monde. 2. En termes de nombre de médecins pour 1 000 habitants, nous sommes au bas de l’UE. En termes d’espérance de vie, nous sommes dans la moyenne, qui est l’indicateur le plus approximatif des soins de santé dans un pays donné. Ergo, ils ne se grattent pas les fesses et regardent le ciel. Ils travaillent, la plupart travaillent beaucoup. 3. Faire fuir les médecins dans le sens où tout ce qu’ils font en privé n’est pas qu’une balle dans le genou, c’est une balle dans l’estomac, plus précisément dans l’aorte abdominale. Parce que la médecine la plus simple est fabriquée en privé, pour un meilleur prix. C’est une mesure qui n’est bonne que pour les poches des médecins. Et que se passera-t-il lorsqu’il y aura très peu de médecins dans les hôpitaux ? Avez-vous un plan pour ce scénario? Qui opérera votre rupture de l’aorte abdominale ? Qui transplantera le rein de votre enfant? Etc… 4. La plupart des médecins veulent travailler dans le secteur public. Pas parce que là-bas, ils peuvent se gratter le cul pour de bons salaires. Parce que c’est plus intéressant, parce que le développement et les possibilités académiques sont meilleurs. Parce que le développement se fait dans les institutions publiques. Mais nous sommes tous sanglants sous la peau. Et si vous pouvez gagner plus en privé en huit heures par jour qu’à l’hôpital en 12 (si on compte aussi les astreintes) et que vous faites un travail sans stress, et qu’on ne vous gronde pas à chaque pas, alors une fois la balance tour. Et l’éthique n’est plus un poids suffisant sur la balance. Surtout quand le médecin a un crédit pour le logement et les enfants. Et il pense aussi au temps libre perdu (en service). 5. Si vous voulez préserver les soins de santé publics, les choses devront inévitablement changer. De meilleurs salaires sont une mesure qui peut fortement stopper le départ des médecins. Aucun médecin ne passera du public au privé pour quelques centaines d’euros de plus. Beaucoup de gens y penseront lorsque la différence sera de quelques milliers d’euros. Et nous voici. Telles sont les différences entre les salaires des médecins des secteurs public et privé. Et quiconque est honnête avec lui-même comprend que c’est une offre tentante. 6. Chaque départ d’un médecin du réseau public entraîne des charges supplémentaires pour les médecins en place. Et puis l’échelle va de plus en plus dans le sens de départs supplémentaires. C’est un cercle vicieux. 7. Il est temps d’arrêter de voir les médecins comme l’ennemi de classe n°1. Parce qu’ils ne le sont vraiment pas. La plupart sont diligents, attentionnés, consciencieux. 8. Oui, il est normal qu’un médecin ne puisse pas avoir le même salaire qu’un diplômé du secondaire – je connais beaucoup de diplômés du secondaire qui déclarent clairement qu’ils ne négocient pas pour un travail en dessous de 1500 euros net. Nulle part, jamais, sauf en RSFY, un médecin n’a eu un salaire moyen. Maintenant, le rapport au salaire moyen est de 1,5. Ceux d’entre vous qui pensent que c’est ok, allez-y, inscrivez-vous en médecine, complétez votre spécialisation, et je vous demanderai ensuite si c’est ok pour vous d’avoir un salaire de 1 700 euros net en tant que spécialiste. Et le fait que votre salaire net maximum après 20 ans d’activité sera de 2 200 euros. Je ne parlerai pas du tout des salaires des spécialistes, car il est clair pour le ministre qu’ils sont trop bas. 9. L’OMS a annoncé aujourd’hui que dans l’UE, au cours des dix prochaines années, 40 % des médecins des hôpitaux prendront leur retraite et que, dans de nombreux pays, il existe une menace d’effondrement des soins de santé hospitaliers. Le moins que nous puissions compter est que les pays sérieux prendront cet avertissement au sérieux et commenceront à inviter encore plus agressivement des médecins d’autres pays. Donc, si nous n’effondrons pas le système nous-mêmes, nous risquons d’avoir des médecins à l’étranger pour leur pain et leur beurre. Et que ferez-vous? Pleurer à quel point les médecins sont laids? As-tu pleuré que tout t’appartient ? C’est pour les enfants. En tant qu’adultes, nous faisons face au problème, faisons un plan et résolvons le problème. Je finirai comme j’ai commencé. La profession médicale est valorisée dans les sociétés normales, les sociétés normales comprennent aussi qu’un médecin doit être bien payé (ceci est également mentionné dans le serment d’Hippocrate, mais cette partie n’est jamais citée car les socialistes ne l’aiment pas). Les médecins en Slovénie ne sont pas pires qu’en Autriche, en Allemagne ou en France. Ils sont simplement acceptés collectivement comme ennemi de classe n°1. Pourquoi cela convient aux politiciens et aux médias est clair pour moi, mais je ne sais pas si c’est le cas pour vous. Au final, ni les politiciens, ni les médias, ni les médecins n’appuieront sur la gâchette. Une nation méfiante tirera court. Mais il est trop tard pour sonner après la grêle. Ps tu te souviens de la dernière réforme de la santé ? Moi non plus. Vous souvenez-vous d’un ministre de la santé qui a adopté une loi importante ? Moi non plus. Vous souvenez-vous de la dernière fois où vous avez fait la queue pour un examen d’orthopédiste pendant 1 mois pour une référence avec un niveau d’urgence élevé ? Moi non plus. Savez-vous combien ZZZS paie pour votre premier examen chez un cardiologue ? 18 euros. Cela comprend le paiement du cardiologue, de la sage-femme, de l’administrateur, l’amortissement de la chirurgie et des tests de laboratoire. Cela vous semble-t-il normal ? Moi non plus. Tout cela est la politique de santé qui nous a amenés au point où nous en sommes maintenant.

Frédéric Charron

"Amoureux de la culture pop subtilement charmant. Évangéliste d'Internet. Résolveur de problèmes à vie. Passionné de bière."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.