Une histoire de persévérance et de volonté

Le cyclisme en Slovénie connaît un essor rapide. Des succès tels que ceux récoltés par Tadej Pogačar, Primož Roglič et d’autres ressembleraient encore à de la science-fiction au tournant du millénaire. Valter Bonča a été l’un des premiers à creuser le sillon du monde professionnel du cyclisme dans les années 1990, dans lequel les enfants du socialisme pouvaient à peine jeter un coup d’œil. Dans sa biographie, il a conclu un cercle avec l’écrivain Gregor Pavšič, qui l’a conduit à la réalisation du rêve d’un garçon en tant que cycliste de sa ville natale d’Idrija.


Valter Bonča reste impliqué dans le cyclisme même après la fin de la compétition. Photo : archives personnelles

Le chemin parcouru – ou cyclé – est plus important que le but, c’est-à-dire Valter Bonchi ça ne ressemble pas à un cliché. Il reflète les traits de caractère du garçon Idrija, qui a également trouvé le dynamisme de la vie dans le pédalage. Les biographies sous forme de livre ne manquent pas d’individus qui ont plus ou moins marqué la société. Au-delà des expériences personnelles, ils révèlent aussi plus ou moins heureusement la vision des protagonistes, leur position dans la société et leur attitude à son égard. Il s’agit donc d’un contexte plus large de croissance, non seulement physique mais aussi spirituel dans l’expérience qui les a façonnés, rendus heureux ou même les a affectés. Chez Bonča, l’idée d’un livre dans lequel le sport et les histoires de vie s’entremêlent mûrit depuis un certain temps. Le mot a également été entendu en mai 2017, lorsqu’il a révélé certaines de ses opinions actuelles sur le cyclisme dans une interview pour la 7e vague. L’occasion était la 100e représentation de la course en Italie.

Pour les passionnés de cyclisme, notamment ceux qui vivaient le long de la frontière ou dans la région de Primorska, le célèbre Giro était la course de toutes les courses dans les années 1980. Elle nous a été rapprochée par la télévision avec des programmes italiens accessibles et, bien sûr, la Gazzetta dello sport, l’un des journaux sportifs les plus célèbres au monde. Le journal rose reconnaissable a ensuite coloré la course de trois semaines. Les meilleurs du Giro portaient un T-shirt rose. Elle se rendra en Slovénie et à Primorska pour la deuxième fois en deux ans en mai. L’année dernière, elle s’est occupée de l’impulsion festive dans la région de Goriška et à Brda, cette année, elle est venue au Posočje ou Kobarid, où le parcours de compétition Bonče a commencé.

Z Girom na Col

Les chapitres de livres ou de cyclisme ne sont pas disposés en ligne droite dans la biographie. Chacun est dédié à des événements spécifiques, des personnes, des sentiments, des courses, des objets, des équipes, des lieux, des hauts, des bas, des chiffres, des cols, de la (mal)chance, des relations et des passions et valeurs cyclistes. Tout cela et plus encore a marqué le parcours sportif et de vie de Bonča, 54 ans. Il est toujours inextricablement lié au vélo, même après la fin de la compétition en 2005.


Gregor Pavšič : Valter Bonča – 700 000 kilomètres, auto-édité, 300 pages, prix : 25 euros

Le monde en noir et blanc des années 1970, cependant, était différent. « C’est comme si ces neuf kilomètres qui mènent d’Idrija en montée vers Godovič étaient notre mur devant l’extérieur. C’était un environnement simple où nous avions peu, mais encore une fois, tout ce dont nous avions vraiment besoin. Ce monde qui est le nôtre était encore à quelques décennies d’Internet et tous les jours avec un téléphone à la main. Dans un tel monde, en tant qu’adolescent, je me sentais libre. C’est là que j’ai rencontré le vélo. Je me suis assis dessus, je suis devenu libre. Le vélo était comme une leçon de vie pour grandir et élever », se souvient Bonča dans l’un des chapitres d’introduction. À l’époque, il n’imaginait pas qu’en 1994, il pédalerait sur les routes bien connues à travers Col puis vers Črni Vrh et Godovič parmi une foule de fans. Miguelu Indurainu et d’autres as sur l’étape slovène de la Gira.

Un héritage précieux

Beaucoup de choses, notamment pour les téléspectateurs (devant de petits écrans), restent cachées. Chaque cycliste a sa propre histoire, il s’agira probablement d’un relooking sportif Primož Roglič d’un sauteur à ski à un cycliste de haut niveau, tôt ou tard, a également fait un film. Tadej Pogacar cependant, il peut entrer dans les annales comme le meilleur à l’époque du cyclisme moderne.

Bonča a également laissé une marque très spéciale, de sorte que sa biographie, publiée à la fin de l’année dernière, est également un héritage pour les nouvelles générations de cyclistes. Une histoire de persévérance et de volonté, mais aussi d’effort et de souffrance. Tout cela était (était) du vélo.

Certes, les temps sont incomparables, le monde change sous l’influence de la technologie et du transfert rapide des données, et avec lui le vélo, qui garde son essence. Bončo a également pris le relais dès son plus jeune âge. Ses descriptions sont un témoignage unique sur le temps et les débuts du cyclisme à Idrija. Avant même d’avoir un vélo de course et une tenue décente après de nombreuses complications, il conduisait chaque jour un vélo plus ordinaire d’Idrija à Godovič en tant que passionné. Il est revenu de Kobarid à Idrija plusieurs fois après les matchs de nuit et a testé ses limites à l’entraînement même dans des conditions météorologiques et routières tout sauf clémentes. Bonča a été le premier athlète d’Idrija aux Jeux Olympiques. En 1988, il représente les couleurs yougoslaves à Séoul, et c’est en quelque sorte un tournant en 1989, lorsqu’il remporte pour la première fois la course en Autriche. Bonča a quitté sa ville natale d’Idrija et a traversé la frontière nord parmi les professionnels.

En Autriche, il a ensuite ouvert les portes de l’Italie, pays promis au cyclisme il y a trois décennies. Avec sa performance au Giro, il est arrivé là où ses rêves d’enfant l’ont mené. Malheureusement, il n’était pas destiné à courir en France, il a donc ouvert la voie à ses anciens voisins d’Idrija et successeurs cyclistes. Borut Noël dans Jean Tratnik. Avec le pouvoir du corps et de l’esprit. Et bien sûr par le renoncement et l’adaptation familiale dans la vie nomade du cycliste en éternel voyageur.


Désirée Perrault

"Expert en café. Fier fan de voyages. Pionnier des médias sociaux. Ninja de la culture pop. Fanatique de zombies. Expert de la bière."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.