Une tragédie qui a secoué le monde du ski

Ce jour-là, il y a exactement 20 ans, la skieuse alpine française Régine Cavagnoud, alors âgée de 31 ans, est décédée des suites d’un accident d’entraînement sur le glacier autrichien Pitzal. Au pays où elle est devenue championne du monde de slalom super-géant fin janvier de la même année.

L’événement tragique s’est produit le 29 octobre lors d’une séance d’entraînement à Pitzal. Régine Cavagnoud elle a croisé un entraîneur allemand sur la piste Markusa Awanderja et gravement blessée à la tête, et est décédée deux jours plus tard dans un hôpital d’Innsbruck. L’événement a choqué le public et soulevé une énorme poussière pour la sécurité à l’entraînement.






Le 29 janvier 2001, exactement neuf mois avant le tragique accident, Régine est devenue championne du monde de slalom super géant à Saint-Pétersbourg, en Autriche. Anton, qui a par ailleurs signé moins de huit victoires en Coupe du monde, s’est classé sur la scène des vainqueurs en 23 courses et a également remporté le petit globe de cristal au total du slalom super géant.

Un tribunal français a prononcé des sanctions financières

La piste de Pitzal a été utilisée conjointement par les équipes nationales française et allemande le jour malheureux. La Française est allée sur la piste malgré le fait qu’il y avait aussi un entraîneur allemand dessus, qui a également été grièvement blessé dans la collision, mais a survécu et s’est réhabilité avec succès. L’affaire a été renvoyée devant le tribunal, où ils enquêtaient pour savoir si Cavagnoud était mort en raison de la négligence des dirigeants. La justice autrichienne a jugé que l’équipe allemande n’était pas responsable du décès.




La cérémonie de deuil a réuni plus de trois mille personnes.


La cérémonie de deuil a réuni plus de trois mille personnes.
Photo : Reuters

Par conséquent, la justice française a prononcé des peines, mais sans emprisonnement. Trois ans après sa mort, un tribunal d’Annecy a condamné deux membres de l’équipe de France de l’époque à trois mois de mise à l’épreuve. Entraîneur Xavier Fournier en entrée David Fine ils ont été condamnés à une amende financière et ont dû payer cinq mille euros chacun pour avoir laissé une protégée sur la piste, même si elle n’était pas libre. Le parquet a requis six mois de prison et 10 000 euros d’amende, et les avocats des prévenus ont souligné que leurs clients étaient les boucs émissaires des erreurs des autres.

Plus de trois mille personnes à la cérémonie funéraire

Mais une telle décision n’a pas effacé la tache noire et atténué la douleur des proches de Regina. À La Clusaz, en France, plus de trois mille personnes lui ont dit au revoir lors d’un enterrement. La cérémonie de deuil a réuni 600 personnes, dont la ministre des Sports de l’époque Marie-George Buffet, toute l’équipe de France de ski, même d’anciennes stars du ski français, comme Luc Alphand, Carole Merle, Florence Masnada … Toutes les personnes en deuil restantes, pour lesquelles il n’y avait pas de place dans l’église de Sainte-Foy, la suivirent à travers un grand écran dressé devant l’église.




De nombreuses célébrités étaient présentes aux funérailles.


De nombreuses célébrités étaient présentes aux funérailles.
Photo : Reuters

Les journalistes n’étaient pas présents à la cérémonie de deuil de l’église à la demande des membres de la famille. Son dernier adieu n’a été accompagné que de deux photographes et d’un caméraman dans l’église. Elle a été enterrée dans le cimetière local, à deux pas des pistes blanches, où Régine a commencé son voyage de ski, et seuls des membres proches de la famille étaient présents aux funérailles.

Accidents mortels en ski alpin

1938 : Giacinto Sertorelli (Italie), Garmisch-Partenkirchen (Nem);
1953 : Ilio Collines (Ita), Madesimo (Ita);
1959 : Toni marque (Avt), Wallberg (Nem);
1959 : Jean Semmelinck (Kan), Garmisch (Ném);
1964 : Ross Milne (Av), Innsbruck (Avt);
1964 : Walter Mussner (Ita), Cervinia (Ita);
1969 : Silvia Suter (Suisse) Sportinia (Italie);
1970 : michel Bozon (Fra), Megève (Fra);
1972 : David nouvelle (ZDA), Parc d’hiver (ZDA);
1972 : Arthur Gobeur (Avt), Schladming (Avt);
1973 : Sverre Rasmusbakke (Nor), Norvège ;
1975 : Markku Couler (Finlande) Lienz (Avt);
1975 : michel Dujon (Fra), Tignes (Fra);
1979 : Sara Mustonen (Fin), Hintertux (Avt);
1979 (décédé en 1985): Léonard David (Italie), Lake Placid (États-Unis);
1982 : Uwe Piske (Nem), Bolsterlang / Allgäu (Nem);
1984 : Sepp Walcher (Avt), Rohrmoos (Avt);
1991 : Gernot Réinstaller (Avt), Wengen (Suisse);
1992 : Nicolas Bochatay (Švi), Les Arcs (Fra);
1994 : Ulrike Maier (Ed.), Garmisch (Nem);
1994 : Pierre Wirnsberg II (Avt), Innerkrems (Avt);
1996 : Kirsten McGibbon (VBr), Altenmarkt-Zauchensee (Avt);
2001 : Régine Météo à Cavagnoud (FRA), Pitztal (Avt);
2002 : Werner Elmer (SUI) Verbier (St.);
2004 : Shelley Gantier (ZDA), Mont Bachelor (ZDA);
2008 : Ursin Forgeron (Suisse), Glacier Kaunertal (Avt);
2012 : Original content (Tur), Erzurum (Tur);
2017 : David Poisson (Fra), Nakiska (Kan);
2017 : Max Burkhart (GER) Lac Louise (Kan).

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.