ZZZS a connu trois décennies de fonctionnement dans des conditions commerciales incertaines

Malgré l’épidémie de covida-19, ZZZS a fourni l’an dernier plus de 49,2 millions de services différents aux assurés en fournissant une assurance maladie obligatoire, dont près de 17,8 millions d’ordonnances, 16,7 millions de traitements basés sur les soins de santé, 7,2 millions de traitements en soins ambulatoires spécialisés et 2,2 millions dans la pratique dentaire, dit-elle. Tatjana Mlakar celui de Mlakar.

Avec une croissance économique extrêmement favorable, ZZZS a terminé l’année dernière avec un excédent de 120 millions d’euros de recettes sur les dépenses. « Néanmoins, nous prévoyons déjà de fonctionner cette année avec un déficit qui risque d’être plus élevé que prévu. Au cours des trois derniers mois, des obligations financières permanentes supplémentaires ont été imposées à la caisse d’assurance maladie », a souligné le directeur général, rappelant , entre autres, l’augmentation des salaires dans les soins infirmiers et les changements dans le paiement des indemnités de congés de maladie.

Ressources financières complémentaires nécessaires à long terme

Comme le passif dépassera déjà les ressources propres du ZZZS cette année, celui-ci travaille pour que le gouvernement modifie au plus vite le décret sur le montant maximum des dépenses de santé. Selon Mlakar, ils s’attendent également à un besoin urgent de ressources financières supplémentaires à long terme qui assureront la viabilité financière à long terme du fonds d’assurance maladie.

Cette année, ZZZS ne pourra fournir qu’une couverture ponctuelle et partielle des nouveaux passifs avec ses propres ressources des années précédentes. Cela signifie qu’à la fin de 2022, il devrait puiser dans toutes les ressources financières et « en cas d’action intempestive l’année prochaine, il sera confronté à un déficit de niveaux probablement assez élevés ».

Selon Mlakar, les conditions commerciales sont très incertaines et changeantes, à la fois en raison de l’épidémie de covida-18 et en raison de changements juridiques imprévisibles et de la reprise prévue des négociations salariales. « Par conséquent, le ZZZS suivra de près l’évolution des revenus et des dépenses comme prévu et, en raison des écarts et des modifications du décret sur les dépenses maximales autorisées, commencera à préparer un plan financier supplémentaire pour cette année », a annoncé le directeur général.


« Nous n’avons pas systématiquement mis en place l’assurance maladie sociale »

Président du conseil d’administration de ZZZS Irena Ilešič Čujovič souligné lors de la conférence de presse d’aujourd’hui que nous n’avons pas mis en œuvre de manière cohérente l’assurance maladie sociale en Slovénie, car le HIIS n’a pas un rôle de caisse d’assurance maladie comparable à celui, par exemple, des caisses d’assurance maladie en Autriche, en Allemagne ou en France. « L’État est de plus en plus arbitrairement impliqué dans de nombreuses décisions, voire complètement professionnelles et assurantielles. Tout cela fragilise l’efficacité du HIIS dans le système et le succès du fonctionnement du système de santé », a-t-elle averti.

Par conséquent, ils s’attendent à ce que le rôle d’assurance du HIIS soit renforcé à l’avenir et que le fonds public de santé soit « géré de manière autonome par les assurés en tant qu’utilisateurs de services et les employeurs en tant que cotisants ». En particulier dans le cadre de la nouvelle législation, ZZZS devrait devenir un acheteur plus actif de services de santé, qui déterminera de manière professionnelle et sur la base d’analyses de coûts les prix réels, louera des programmes en fonction des besoins réels des assurés et introduira des modèles de facturation modernes pour les services.

Selon elle, ils sont favorables à la mise en place d’une dite sauvegarde budgétaire, qui permettra d’atténuer les effets des fluctuations économiques, des impacts démographiques, ainsi que les conséquences de diverses décisions politiques ou modifications législatives pour lesquelles les décideurs n’ont pas prévu de financement. couverture. De plus, ils appellent à s’adapter à la situation d’une société de longue durée, notamment en favorisant la santé de la population.


Frédéric Charron

"Amoureux de la culture pop subtilement charmant. Évangéliste d'Internet. Résolveur de problèmes à vie. Passionné de bière."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.