Paix : Nous n’avons pas fait assez l’année dernière pour avoir une voiture de course compétitive

Le coureur espagnol Joan Mir a terminé la saison 2020 (de manière sensationnelle) en tête de la catégorie élite du motoGP. La saison suivante a été un peu pire pour lui car il n’était pas compétitif dans la lutte pour défendre le titre flatteur. Néanmoins, il a terminé la saison sur le podium gagnant au classement général. Troisième place. L’Espagnol a – du moins sur le papier – sa dernière saison dans l’équipe Suzuki. Dans le prochain – très probablement à nouveau en tant que membre du garage de Suzuki – il s’attaquera, comme il l’annonce lui-même, ouvertement à un nouveau titre dans la classe royale. Paix pliée que la voiture de course Suzuki de l’année dernière n’était pas compétitive et que Ducati, Yamaha et Honda étaient plus forts. Le champion du monde 2020 a terminé la saison à la troisième place du classement général avec 208 points engrangés, soit exactement 70 de moins que le champion nouvellement sacré Fabio Quartararo.

Un souvenir de la fantastique saison 2020.PHOTOS : MotoGP

Joan Mir il a terminé la saison 2021 parmi l’élite des courses à la quatrième place du Grand Prix de Valence et à la dernière troisième du classement général, échouant ainsi à répéter l’exploit qu’il a réalisé il y a un an lorsqu’il a pris le trône de manière sensationnelle dans la catégorie royale motoGP. « Cette saison a été inhabituelle à tous égards – non seulement parce que je suis arrivé au sommet de manière inattendue, mais aussi lors de la dernière course de la saison. »

Au bilan de la saison moto 2021, le Français Fabio Quartararo a récolté 278 points, l’Italien Francesco Bagnaia 252 et l’Espagnol Joan Mir 208.

L’année dernière n’était pas moins inhabituelle, quand il a balayé la compétition Fabio Quartararo, Mir n’était pas compétitif dans la lutte pour défendre le titre mondial. J’en suis déçu. Pas tellement quand je réalise que je n’ai pas réussi à défendre le titre flatteur, ça fait plus mal que nous n’étions pas complètement compétitifs dans la lutte pour la première place. Nous n’avons pas offert de véritable résistance à Fabio dans la chasse au titre. Je n’étais tout simplement pas compétitif., « est pour Corriere Dello Sport a remarqué le pilote de 24 ans, qui débutera la nouvelle saison chez Suzuki, et espère également quelques améliorations sur la voiture de course. « Le package de voitures de course 2021 était imparfait. Nous avons tout le temps lutté avec les réglages, en espérant que nous pourrions apporter des améliorations, mais malgré les efforts de mon équipe, nous étions désavantagés et donc non compétitifs. Les concurrents étaient déjà en tête au départ.« , a déclaré l’Espagnol, qui a critiqué son équipe. « Je n’ai rien contre Suzuki. Je sens que je fais partie de cette famille, mais je veux être honnête et sincère. L’investissement de l’année dernière était imparfait, nous n’avons tout simplement pas fait assez pour être compétitifs. Je m’attends à ce que 2022 soit meilleure. »« Bien qu’il ait été l’un des coureurs les plus réguliers l’année dernière, il ne s’est pas sérieusement battu pour le titre. Six places sur le podium vainqueur devraient encore le satisfaire… « Il y avait certaines choses qui nous ont privés dans la lutte pour les premières places. Je ne voudrais pas entrer dans les entrailles du problème. Laissons cela de côté et disons que nous en avons tous appris quelque chose ensemble. Je ne suis pas déçu de l’équipe, les gars sont diligents travaillaient tout le temps dans le garage, mais le «paquet» que nous avons reçu en gestion était imparfait,« Mir, à qui l’on attribue le mérite d’avoir rendu Suzuki plus douce en remportant les lauriers les plus flatteurs du monde de la moto après vingt longues années, s’est exprimé avec vivacité.

Joan Mir s’attend à être plus compétitif dans la lutte pour le titre la saison prochaine.PHOTOS : MotoGP

« Je le répète, mais je tiens à souligner que je suis déçu que nous n’ayons jamais vraiment mis Fabia à l’épreuve. Il me semble que j’ai remis le titre mondial sans un coup de feu, en fait sans réelle résistance. »

Je fais confiance à Suzuki et j’espère une saison similaire à celle que nous avons eue au titre tant convoité en 2020. J’espère sincèrement que nous trouverons un langage commun, que nous aurons les mêmes objectifs ou des objectifs très similaires pour la période à venir. Si tel est effectivement le cas, je ne vois aucun problème à étendre la coopération. Autrement …

Au cours de la saison, Joan Mir, qui est connu pour n’avoir aucun poil sur la langue, s’est plaint à plusieurs reprises qu’il n’aimait pas le développement de la voiture et qu’il n’y avait aucune amélioration. Beaucoup pensaient qu’entre les lignes il annonçait qu’il disait au revoir à Suzuki ou que la saison en cours serait sa dernière. Il a un contrat avec Suzuki jusqu’à la fin de l’année. « Je ne fais pas de chantage, je fais partie de la famille Suzuki pour l’instant et cela ne changera pas. Je n’ai pas testé d’autres voitures de course, mais je serais heureux si Suzuki avait la vitesse Ducati, l’agilité Honda et l’adhérence Yamaha. Ce sont les équipes à battre dans la couleur du titre, » rapporte le champion 2020. En 2022, Miro continuera à travailler pour l’équipe Suzuki Alex Rins, qui a déçu l’an dernier en terminant la saison à la 13e place du classement général. « Je crois aux progrès de la voiture de course, je crois que je serai encore plus rapide la saison prochaine. Alex et moi,« pour Corriere Dello Sport dit Mir, qui s’est félicité d’au moins une bonne circonstance lorsqu’il a perdu le titre mondial l’an dernier. « Mais il y avait au moins quelque chose de bien à ce sujet, car cela ne me rendait pas si brillant. Même si j’ai remporté le titre convoité pour la première fois de ma carrière, je ne savais pas grand-chose de la renommée et de la reconnaissance. Comme je le dis – tout est de la faute, je l’avoue, mais ça m’a facilité la tâche, car je ne veux pas trop d’attention et la présence des médias et de la Septième Force en général est bien superflue, « Mir a également admis au journal italien.

MotoGP, saison 2022 :
6 mars : GP du Qatar (Losail)
20 mars : GP d’Indonésie (Mandalika)
3 avril : VN Argentine (Termas de Rio Hondo)
10 avril : VN Amerike (Austin)
24 avril : GP du Portugal (Portimao)
1er mai : GP d’Espagne (Jerez)
15 mai : Grand Prix de France (Le Mans)
29 mai : GP d’Italie (Mugello)
5 juin : Grand Prix de Catalogne (Barcelone)
19 juin : GP d’Allemagne (Sachsenring)
26 juin : GP des Pays-Bas (Assen)
10 juillet : GP de Finlande (Kymiring)
7 août : Grand Prix de Grande-Bretagne (Silverstone)
21 août : Grand Prix d’Autriche (Spielberg)
4 septembre: VN San Marina (Misano)
18. septembre: VN Aragonije (Alcaniz)
25 septembre : GP du Japon (Motegi)
2 octobre : Grand Prix TN (Chang)
16 octobre : GP d’Australie (Phillip Island)
23 octobre : Grand Prix de Malaisie (Sepang)
6 novembre : VN Valence

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.