A Oran ils labourent la friche à la noblesse

L’odyssée est terminée ! À savoir journalistique. Alors que trois représentants slovènes de la Septième Force ont quitté jeudi l’aéroport de Brnik avant le premier vol charter de notre expédition sportive vers les 19e Jeux méditerranéens à Oran et sont rentrés chez eux, les autorités algériennes ne leur ont pas accordé de visa, hier « s’est bien passé ». Le deuxième vol charter de nuit de trois heures vers Oran avec des athlètes slovènes, y compris croates et serbes, a été épuisant, le sommeil a battu tout le monde, mais cette fois, les journalistes étaient armés de numéros d’accréditation, qui étaient la voie menant au visa. . Au contrôle douanier à six heures du matin, les accréditations étaient la clé que la police algérienne, après une bonne demi-heure d’attente, n’a délivré qu’un visa temporaire pour l’Algérie pour l’ensemble des Jeux Méditerranéens et deux jours plus tard, jusqu’au départ le 7 juillet.

Mais les journalistes ne sont pas pauvres du tout, une complication de visa peut arriver à n’importe qui. De nos athlètes, qui sont arrivés sur les lieux lundi, les tireurs sont restés dans le bâtiment de l’aéroport pendant un certain temps, attendant une cargaison spéciale, des fusils (neuf d’entre eux), un perchiste à leur livrer après l’atterrissage de l’avion. Robert Renner il attendait son équipement de sport, autre chose que des bâtons, même les cyclistes étaient chargés de leur équipement de route. C’était encore plus facile pour les nageurs, ils n’emportent qu’un maillot de bain lors d’un voyage sportif, et chaque hôte a un bonnet de bain, un lieu, c’est-à-dire une piscine. La chose la plus facile à faire en ce moment est de ne pas être judoka Andreja Leška, le deuxième vol vers Oran a dû manquer le vice-champion du monde et le bronze de l’an dernier aux Championnats d’Europe. Elle ne sera pas en Algérie pour cause de blessure.

Expérience de bienvenue

Sinon, les hôtes Orange des Jeux Méditerranéens sont complètement méditerranéens, pourquoi un problème serait-il résolu à cette heure si un autre suit. Pas de problème, l’horloge ! Hier, le premier médaillé slovène du SI algérien était un karatéka très proche Kiti Smiljan. Dans la lutte pour le bronze dans la catégorie jusqu’à 68 kg, elle a perdu 3 : 8 contre la Turquie Edo Eltemur, sinon champion d’Europe. « Je ne suis pas exactement content, j’aurais pu en montrer beaucoup plus, les adversaires étaient exigeants. J’ai fait le maximum que j’ai pu à ce moment-là. Les recettes étaient comme elles étaient, le résultat était un peu plus à la médaille de bronze,  » a déclaré Žalčanka, membre du Karate Club Ljubljana, qui aura 23 ans la semaine prochaine. « C’est ma première compétition sous les auspices du Comité Olympique de Slovénie, je suis très heureux d’avoir pu me produire ici. Cela restera certainement une expérience, étant donné que malheureusement le karaté n’est plus un sport olympique, mais le Les pays méditerranéens sont les meilleurs au monde en termes de classements. Tous les pays ont envoyé les premières lois ici, sauf la France, et celle-ci est très forte. Je vais essayer d’apprendre le plus possible de tout », a conclu Kiti.

Christelle Bret

"Défenseur d'Internet. Pionnier de la culture pop. Praticien passionné du voyage. Fan total de café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.