Environ la moitié des clients de Gazprom ont ouvert des comptes en roubles

« Je pense qu’environ 54 entreprises ont des contrats avec Gazprom Export aujourd’hui », a déclaré Novak lors d’une conférence de presse à Moscou aujourd’hui, selon RIA Novosti, cité par l’agence de presse française AFP.

« Environ la moitié d’entre eux ont déjà ouvert des comptes spéciaux auprès de notre banque agréée – en devises étrangères et en roubles – pour payer l’essence », a-t-il ajouté.

Comme Novak l’a expliqué, après que les données définitives pour avril seront connues, ils prépareront une liste de « ceux qui ont payé en roubles et ceux qui n’ont pas voulu payer ».

Président russe Vladimir Poutine il a annoncé il y a quelque temps que la Russie n’accepterait que les paiements en roubles pour le gaz naturel, et les clients devront ouvrir des factures en roubles, sinon l’approvisionnement en gaz sera coupé. Gazprom a cessé de fournir du gaz à la Pologne et à la Bulgarie le mois dernier parce qu’ils ne voulaient pas payer le gaz en roubles.

L’entreprise publique finlandaise Gasum a estimé mardi que la Russie pourrait bientôt couper l’approvisionnement en gaz de la Finlande, car elle refuse également de payer Gazprom pour le gaz en roubles.

Le géant italien de l’énergie Eni a annoncé cette semaine qu’il avait ouvert des comptes en euros et en roubles auprès de la banque russe Gazprom pour régler prochainement les paiements pour l’approvisionnement en gaz russe. Comme l’a souligné Eni, la décision de l’entreprise a été adoptée conformément au cadre de sanctions internationales applicable.

La Commission européenne, quant à elle, a réitéré aujourd’hui que le respect du décret russe sur le paiement du gaz viole les sanctions de l’UE contre la Russie pour son invasion de l’Ukraine. Le porte-parole principal de la Commission, Eric Mamer, a ajouté qu’ils avaient donné des lignes directrices aux États membres sur ce que les entreprises pouvaient faire.

« Ils peuvent ouvrir un compte bancaire dans la devise du contrat avec Gazprom, verser sur ce compte dans la devise spécifiée dans le contrat et déclarer que cela signifie pour eux qu’ils ont rempli leurs obligations contractuelles », a-t-il expliqué, ajoutant. qu’il ne souhaite pas commenter les déclarations des entreprises individuelles.

Mamer a également souligné que les États membres étaient principalement responsables du contrôle du respect des sanctions. Toutefois, la Commission peut intervenir dans le processus de constatation d’infractions au droit de l’UE. Telle serait la réponse de la Commission si les États membres n’intervenaient pas en cas de violation des sanctions. Cela garantirait que Bruxelles respecte les sanctions, a déclaré l’orateur.

Stéphanie Charbonneau

"Créateur. Accro à la télévision typique. Praticien des médias sociaux adapté aux hipsters. Spécialiste de l'Internet. Entrepreneur maléfique."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.