Gregor Hrovat, représentant du basket : Toute douleur disparaît ici

Derrière vous se cache une saison réussie avec l’ancien géant français Pau Orthez, où vous avez partagé un vestiaire avec l’ancien coéquipier de l’Olympia Brandon Jefferson. Les bons résultats ont-ils été une surprise ?

Nous avons eu une saison extrêmement réussie, ce qui était un peu inattendu. Nous avons ramené Pau Orthez là où il était, puisque nous avons remporté la Coupe de France et terminé troisièmes du championnat. C’était une saison spéciale à la fois du point de vue du club et d’un point de vue personnel. Ce que l’avenir apportera, je ne le sais pas encore. J’avais une option plus une dans le contrat, mais nous avons rompu et attendons maintenant des offres.

La saison en club a été longue et épuisante. Mais à la fin, vous et vos coéquipiers aurez une campagne en équipe nationale, plus précisément un match de qualification pour la Coupe du monde contre la Croatie et la Suède. À quel point vous sentez-vous fatigué ?

La fatigue après une saison chargée est présente, il ne sert à rien de la cacher. Et l’équipe nationale est un grand honneur pour moi. Tout s’oublie ici, toute douleur disparaît. Nous sommes tous concentrés à cent pour cent uniquement sur le travail. Nous avons discuté avec la direction de l’association et le sélectionneur et avons convenu que je serais présent dès le début. Nous n’avons pas parlé d’une connexion ultérieure, et je n’y ai pas pensé non plus. Sinon j’avais quatre jours de repos en venant de France. Pas grand-chose, mais c’est quand même quelque chose. Juillet sera un peu plus de temps pour des vacances bien méritées.

Avant les Championnats d’Europe, s’il n’y a pas de scénario noir, les premiers matchs de la deuxième partie des qualifications pour la Coupe du monde vous attendent. Est-ce que ça te dérange?

De mille et une façons, on peut spéculer sur ce qui est bien et ce qui ne va pas dans le basket européen. Mais le fait est que tout le monde est dans la même position, pas seulement nous. Il vaut mieux y penser le moins possible. Quand nous sommes ensemble, nous devons travailler dur et montrer le maximum dont nous sommes capables à chaque fois.

Goran Dragić est à nouveau dans l’équipe nationale, et les blessés Vlatko Čančar et Klemen Prepelič reviendront aux Championnats d’Europe. Après le succès des Jeux olympiques, vous viserez probablement haut cet été également, n’est-ce pas ?

Étant donné que tout le monde est présent ou sera présent pour le Championnat d’Europe, il y a encore une belle opportunité pour un été spécial. En 2017, quand ils ont remporté les Championnats d’Europe, je n’étais pas là. Mais je suis convaincu que cette fois nous pouvons à nouveau nous battre pour les plus hautes places. J’espère juste que nous sommes en bonne santé. Nous travaillerons tout l’été pour montrer de quoi nous sommes capables.

Vous avez cloné lors des derniers éliminatoires contre la Finlande. Ressentez-vous plus de pression de la part de la Croatie et de la Suède à cause de cela ?

Nous avons beaucoup appris des deux défaites contre la Finlande. Je crois que c’était une bonne école pour nous tous. Chaque match est important et vous ne devez sous-estimer aucun adversaire un seul instant. Maintenant, heureusement, nous avons un peu plus de temps pour nous préparer pour la Croatie et la Suède. Ce sont les matches clés de la première partie des qualifications pour la Coupe du monde, et il n’y a pas de place pour l’échec. Nous avons deux semaines pour jouer et nous connecter. Je suis sûr que nous le ferons en cas de besoin, dit-il.

Dans le match contre la Croatie, vous aurez le plein soutien de Stožice.

On a tous vu que Stožice était complet en pratiquement deux heures pour le match face à la Croatie. C’est un sentiment vraiment phénoménal et je suis sûr que les fans seront notre atout supplémentaire.

Avez-vous reçu de nombreuses demandes d’amis pour des billets ?

Il y en avait pas mal. Nous en avons reçu de l’association, alors j’étais heureux de les donner. Mais il y avait aussi une certaine tristesse parmi ceux qui étaient arrivés trop tard.



Christelle Bret

"Défenseur d'Internet. Pionnier de la culture pop. Praticien passionné du voyage. Fan total de café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.