Le diable français a frappé pour la dixième fois

Fabio Quartararo était initialement réticent à défendre le titre de champion dans la catégorie moto d’élite. Lors des quatre premières courses de l’année, il n’a terminé qu’une seule fois au-dessus de la septième place; en Indonésie, il était deuxième. Au cours des cinq courses suivantes, il a constamment accéléré le rythme et s’est toujours classé parmi les quatre premiers. Le Français a également confirmé sa grande qualité au Grand Prix de Catalogne, puisqu’après un excellent départ, il a mené à la ligne d’arrivée, qu’il a atteinte avec six secondes d’avance sur l’Espagnol. Jorge Martin pour sa deuxième victoire de la saison. La star niçoise de Yamaha a renforcé son avance au classement général au milieu de son quatrième championnat du monde dans la catégorie reine du motoGP. Il est arrivé à Barcelone, où il se sent chez lui puisqu’il habite l’Andorre voisine, avec huit points d’avance sur son plus proche poursuivant, et repart avec 22 points d’avance. En attendant, il s’est contenté de mettre en œuvre un plan soigneusement préparé.

« Je suis parti de la troisième position, mais je me suis mis en tête dès le premier virage. Ne voulant pas m’enliser dans la tactique, j’ai continué à plein régime, attendant de voir comment réagirait mon pneu arrière. Elle a tenu bon et j’ai réussi quelque chose de fou », Quartararo était satisfait de sa dixième victoire lors de sa 60e apparition parmi la crème internationale du motoGP. Il en a réalisé trois l’an dernier et cinq l’an dernier, et à l’âge tendre de 23 ans, on comprend qu’il veuille considérablement enrichir sa collection. La prolongation jeudi de son contrat avec Yamaha pour les saisons 2023 et 2024 lui a apporté une paix intérieure supplémentaire. La décision n’a pas été facile. « J’ai pris un peu plus de temps, pendant lequel j’ai également rencontré les patrons de certaines autres équipes. Une fois je me suis penché d’un côté, une autre fois de l’autre, et après mûre réflexion, j’ai décidé de ne pas bouger. Après plusieurs années de recherche différentes solutions, les patrons de Yamaha ont trouvé le bon chemin, qu’ils semblent suivre. Maintenant, je sais que j’aurai le meilleur moteur et le meilleur projet à ma disposition », a confirmé le diable français – il porte le surnom significatif d’El Diablo au dos de sa combinaison de course.

Espargaro en entrée

Cette fois à Barcelone, le vice-champion du monde s’est livré à des maladresses inhabituelles Aleix Espargaró, le plus rapide des qualifications de samedi. L’expérimenté Espagnol, qui dispute déjà la compétition motoGP pour la 13e saison, tenait fermement la deuxième place entre ses mains, mais il a commencé à célébrer après l’avant-dernier tour, qui lui a coûté cher. Alors qu’il saluait sauvagement les spectateurs dans les tribunes, son erreur a été mise à profit par Martin, Jean Zarco et Jeanne Paix et le poussa jusqu’à la cinquième marche. La course a également été marquée par de nombreuses chutes.

Aleix Espargaro (41 ans) a commencé à célébrer la deuxième place un tour trop tôt. PHOTO : Albert Gea/Reuters

Dans le huit, qui a mis fin à leurs performances tôt, ils ont été, entre autres, troisièmes du Mondial Enea Bastianiniquatrième jusqu’à présent Francesco Bagnaïa et sixième Alex Rins, et au total jusqu’à quatre atouts pour Ducati, qui avait jusqu’à cinq armes parmi les neuf premières sur la ligne de départ. Le championnat du monde moto se poursuivra le 19 avec l’épreuve du Grand Prix d’Allemagne. Le Sachsenring était la piste à domicile du matador espagnol ces dernières années Marc Marquez, qui y a enchaîné huit victoires en motoGP depuis la saison 2013 (également l’année dernière). Il n’a été arrêté que par l’annulation de la course en raison du coronavirus en 2020. Cette fois, il devra annuler la performance, car après l’opération de vendredi au bras droit, la quatrième depuis la chute il y a deux ans à Jerez, il est devrait se reposer pendant au moins trois mois.

Sacha Samuel

"Pionnier du café adapté aux hipsters. Créateur sympathique. Analyste primé. Écrivain. Érudit culinaire. Accro à la télévision. Ninja d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.