Macron et von der Leyen : l’architecture de sécurité européenne sera l’affaire de l’UE



Ursula von der Leyen en Emmanuel Macron. Photo : EPA

Les deux dirigeants ont répondu au fait que l’UE était exclue des pourparlers entre la Russie et les États-Unis sur la question. Il n’y aura pas de solution dans les négociations sur la résolution des tensions dues à l’accumulation des forces russes le long de l’Ukraine sans le soutien de l’Europe, a souligné la présidente de la commission lors d’une conférence de presse conjointe au début de la présidence française du Conseil de l’UE.

Elle a rappelé le format normand, qui comprend la France et l’Allemagne en plus de la Russie et de l’Ukraine. Jusqu’à présent, il y a eu six rencontres dans ce format, la première en juin 2014 en Normandie, la dernière en décembre 2019 à Paris. Macron et la chancelière allemande Olaf Scholz ils ont appelé à plusieurs reprises à une renaissance du Quatuor de Normandie ces dernières semaines.

L’UE doit apporter ses idées sur ce à quoi devrait ressembler l’architecture de sécurité européenne à l’avenir, a souligné Ursula von der Leyen.

Macron a déclaré que la coopération avec les États-Unis était excellente, mais a convenu que l’architecture de sécurité européenne était l’affaire de l’Europe et que l’Europe, puissance géopolitique, devait proposer ce que serait la structure.

Le président français a rappelé qu’il était avec l’ancienne chancelière allemande Angelo Merkel a proposé un sommet avec le président russe en juin dernier Vladimir Poutine. La proposition n’a pas reçu le soutien des dirigeants restants de l’Union à l’époque. Macron a également appelé à un dialogue avec la Russie aujourd’hui, car cela ne signifie pas un compromis.

Les événements du Kazakhstan sont censés être une nouvelle étape pour mesurer la puissance russe. Les deux dirigeants européens ont souligné à Paris qu’ils suivaient la situation dans le pays avec beaucoup d’inquiétude et de vigilance, en proie à de violentes manifestations dimanche contre la hausse des prix de l’énergie au Nouvel An.

L’Assemblée des Commissaires européens s’est rendue à Paris

Thème de la présidence : la souveraineté européenne

La Commission européenne est en visite à Paris au début de la présidence française du Conseil de l’UE. L’objectif de cette réunion traditionnelle de la Commission et du gouvernement du pays exerçant la présidence pendant six mois est de coordonner les plans pour le meilleur fonctionnement possible de l’Union au cours des six prochains mois.

Le thème de base de l’actuelle treizième présidence française est la nécessité de la souveraineté européenne, à savoir sanitaire, économique, commerciale, industrielle, écologique, stratégique et numérique, soulignent-ils à Paris.

Déjà lors du dîner de travail de jeudi avec Macron, Ursula von der Leyen a mis en avant cinq priorités pour les mois à venir : le climat, les enjeux numériques, les règles économiques, les migrations et la défense. Elle a également déclaré que l’Europe avait besoin du leadership de la France.

Aujourd’hui, lors d’une conférence de presse conjointe, elle a souligné la joie qu’en ces temps sensibles, notamment en raison des tensions extrêmes sur l’Ukraine, la présidence du Conseil de l’UE soit reprise par un pays doté d’un tel poids politique et d’une telle expérience. Selon elle, la voix de la France est forte et porte loin, et il est crucial que l’Europe soit en son cœur.

Aujourd’hui, d’abord lors d’une cérémonie au Panthéon de Paris, où se trouvent les tombes de Français célèbres, honoré la mémoire de deux grands Européens et d’un Français, Simone Veilla première femme à la présidence du Parlement européen à être connue pour ses efforts en faveur du droit à l’avortement, et Jean Monnetl’un des pères du projet européen.

La Commission européenne s’est rendue en France, qui assure la présidence du Conseil de l’UE

Frédéric Charron

"Amoureux de la culture pop subtilement charmant. Évangéliste d'Internet. Résolveur de problèmes à vie. Passionné de bière."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.