L’Union européenne crée un bouclier pour les guerres commerciales

Début décembre, l’Union européenne a mis en place une nouvelle politique visant à créer un cadre juridique pour l’adoption de mesures dites de rétorsion. « À une époque de tensions géopolitiques croissantes, le commerce devient de plus en plus une arme et l’UE et ses États membres deviennent la cible d’intimidations économiques. Nous avons besoin des bons outils pour réagir », a déclaré le commissaire européen au commerce dans un communiqué. Valdis Dombrovskis.

L’adoption de cette proposition permettra d’imposer des sanctions aux gouvernements étrangers, aux entreprises et aux individus qui abusent des liens commerciaux et financiers afin de forcer un changement dans la politique de l’UE. Le résultat est plus que Formation de 10 mois est la préparation d’un ensemble de mesures par lesquelles l’UE sera en mesure de répondre aux hostilités. Les mesures comprennent, par exemple, une augmentation des droits d’importation, des tarifs, l’exclusion des marchés publics, mais aussi une réduction de la possibilité d’investir dans l’UE.

L’Union européenne se réfère au principe de non-intervention, qui fait partie intégrante du droit international, dans l’élaboration de ses politiques. Dans ce cas, cependant, cela ne s’applique pas aux États individuels, mais l’objectif est une réponse cohérente de l’UE dans son ensemble.

Le commissaire Dombrovskis a souligné que ce mécanisme visait exclusivement à pays non membres de l’Union. La présentation de cet agenda intervient au moment de la querelle grandissante entre la Lituanie et la Chine, comme en témoignent les problèmes d’exportations lituaniennes. Il est détenu dans un port chinois pour de prétendues divergences dans la documentation.

Au sein de l’UE, on pense qu’il s’agit d’une continuation du différend diplomatique sur la politique de la Lituanie envers Taiwan. En créant ce mécanisme, l’Union européenne veut s’assurer une position plus forte dans son ensemble contre l’abus du commerce à des fins politiques. Plusieurs États membres, comme la France, ont été confrontés à des menaces similaires dans le cadre d’un différend avec Turquie ou Pakistan.

Conflit entre une cigogne et un dragon

La Lituanie est récemment passée sous Pékin grâce à sa politique envers Taïwan. Au sens de la « One China Policy », elle est considérée comme faisant partie de la Chine continentale, mais sans son contrôle de facto.


Abonnez-vous à TREND au meilleur prix à partir de 1 € / semaine

  • Accès complet aux articles premium et aux archives
  • Accès premium aux sites Media, TRENDreality et ENJOY
  • Moins de publicités sur TREND.sk

Commander un abonnement

Avez-vous déjà un abonnement?

S’identifier

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.