Manifestations violentes au Kazakhstan : Des défis forts de la France et de la Grande-Bretagne !

La Grande-Bretagne a appelé jeudi à la fin des manifestations violentes au Kazakhstan, qui ont fait des dizaines de morts et au moins 1 000 blessés.

Au milieu des troubles dans ce pays d’Asie centrale, la France exige de la retenue et une attitude modérée de la part de toutes les parties concernées, y compris l’Alliance de sécurité régionale dirigée par la Russie. L’agence AFP en a informé. « Nous appelons à une nouvelle escalade et nous voulons voir une résolution de paix« , a déclaré à la presse un porte-parole du Premier ministre britannique Boris Johnson.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré à Paris que les événements actuels au Kazakhstan étaient extrêmement préoccupants. « Nous appelons toutes les parties – tant au Kazakhstan qu’au sein de l’ODKB (Organisation du traité de sécurité collective) – à faire preuve de modération et à entamer un dialogue », a déclaré Le Drian après que l’ODKB ait décidé jeudi d’envoyer ses premières troupes au Kazakhstan. C’était une réponse à une demande le gouvernement kazakh pour aider à freiner les troubles croissants.

Le gouvernement allemand a averti ses citoyens de ne pas se rendre au Kazakhstan dans la situation turbulente actuelle. Selon le ministère des Affaires étrangères à Berlin jeudi, le consulat général d’Allemagne dans la ville d’Almaty, dans le sud-est du Kazakhstan, restera fermé jusqu’à nouvel ordre, écrit l’agence DPA. Les citoyens allemands peuvent demander des services consulaires à l’ambassade dans la capitale Nursultan.

Manifestations contre les prix élevés du carburant – spécifiquement le gaz de pétrole liquéfié (GPL) – a éclaté au Kazakhstan le 2 janvier dans la région de Mangystau et s’est progressivement étendu à plusieurs villes kazakhes. Les protestations se sont transformées en troubles antigouvernementaux, causés par un mécontentement profondément enraciné parmi la population locale face au règne de près de 30 ans de l’ancien président kazakh Noursoultan Nazarbaïev. En réponse aux violentes manifestations, le président Kasym-Zhomart Tokaev a dissous mercredi le gouvernement du Premier ministre Askar Mamin. Ses pouvoirs seront exercés par le vice-Premier ministre Alikhan Smail jusqu’à la création du nouveau cabinet. Les autorités ont fait état de plus de 1 000 personnes blessées lors des émeutes de jeudi, dont près de 400 ont dû être hospitalisées. Les forces de sécurité kazakhes ont également fait état de 12 victimes et 357 blessés dans leurs rangs. La police de la plus grande ville du Kazakhstan, Alma-Ata, a déclaré jeudi avoir arrêté environ 2 000 personnes en lien avec les troubles de masse.

Jeudi, le gouvernement kazakh a annoncé avoir accepté les « nécessaires » mesurer et fixer des limites sur le prix du gaz de pétrole liquéfié pendant six mois. Par cette démarche, il veut « stabiliser la situation socio-économique » du pays. Le gouvernement introduit un moratoire de 180 jours sur la hausse des prix du GPL, ainsi que sur l’essence, le diesel et d’autres services dans de nombreuses villes et provinces du pays. Le gouvernement a également temporairement interdit l’exportation d’un certain nombre de produits alimentaires, dont le bœuf et l’agneau, les pommes de terre et les carottes, afin de « stabiliser les prix des produits alimentaires socialement importants ».

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.