Orban va-t-il vraiment sortir la Hongrie de l’UE parce qu’elle est censée mener une « guerre sainte, le djihad » ?

STA
13 février 2022 6:00

| 310

Dans un discours sur la situation dans le pays hier, le Premier ministre hongrois Viktor Orban a salué les réalisations de son gouvernement et a vivement attaqué l’opposition. Il n’a également épargné aucune critique à l’égard de l’UE, promettant aux Hongrois d’étendre les avantages en raison de la hausse des prix de l’énergie et de l’inflation, ont rapporté des agences de presse étrangères.

Une campagne électorale officielle a commencé en Hongrie hier avant les élections législatives d’avril. Orban, qui fait face à la plus forte concurrence depuis la formation d’une alliance de six partis d’opposition depuis son entrée en fonction en 2010, a également lancé officiellement sa campagne Fidesz par un discours.

Orban a rappelé les avantages pour les familles et les retraités, de bons indicateurs économiques et un démarrage réussi de la pandémie. Nous sortons plus forts de la crise actuelle due à la pandémie que nous y sommes entrés, a déclaré le Premier ministre hongrois.

Il a accusé l’opposition de « grave irresponsabilité » lorsqu’il a qualifié le gouvernement de dictatorial, et a déclaré que si l’opposition parvenait à prendre le pouvoir, elle dirigerait mal le pays. « Non seulement le virus, mais aussi la gauche a attaqué la Hongrie », a-t-il déclaré à l’agence de presse française AFP.

L’importance des élections législatives est énorme, pour les Hongrois c’est une question d’existence, a-t-il souligné et exhorté les citoyens à ne pas voter pour la gauche, qui s’est toujours opposée aux intérêts de l’Etat, rapporte l’agence de presse autrichienne APA.

Dans le conflit entre la Russie et l’Ukraine, a-t-il dit, la guerre doit être évitée. Il a averti que si la guerre éclatait en Ukraine, « des centaines de milliers, voire des millions » de réfugiés fuiraient vers la Hongrie.

Orban a rencontré le président russe Vladimir Poutine au Kremlin début février et a promis une coopération avec Moscou. L’homme de 58 ans entretient des relations amicales avec Poutine, tandis que les relations avec Bruxelles se détériorent, rapporte l’AFP.

Selon Orban, la Hongrie est entourée d’une « région instable ». La Hongrie ne restera pas assise et ne regardera pas comment « les mauvaises politiques des grandes puissances causent des ravages dans notre voisinage ». « Nous ne prendrons aucune décision de Bruxelles contraire aux intérêts hongrois », a-t-il souligné.

Selon l’agence de presse allemande dpa, Orban a fait allusion pour la première fois à la sortie de la Hongrie de l’UE. Comme il l’a dit, l’UE mène une « guerre sainte, le jihad » sous couvert de défendre l’État de droit. Dans le même temps, l’UE a appelé à la « tolérance » envers la Hongrie, faute de quoi il ne sera pas possible de continuer sur la voie commune.

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.