Roberta Metsola, nouvelle présidente du Parlement européen : une progressiste pro-vie issue des rangs conservateurs

Les eurodéputés ont déjà élu Roberto Metsola président du Parlement européen dès le premier tour. La députée maltaise de 43 ans a reçu le soutien des trois principaux groupes parlementaires, bien qu’elle n’ait pas été critiquée pour sa position de soutien. Néanmoins, Metsola appartient à l’aile « plus progressiste » du Parti populaire européen.

Suite à un accord entre les principaux partis européens il y a deux ans et demi, la direction du Parlement européen a été divisée en groupes parlementaires les plus importants. La première moitié du mandat a été dirigée par le Parlement socialiste David Sasoli, qui, cependant, n’a pas atteint la fin de son mandat. Il est décédé le 11 janvier de cette année à l’âge de 65 ans.

Elle a pris la direction du parlement après sa mort Roberta Metsola, qui était auparavant la première vice-présidente du parlement, et a longtemps été considérée comme la favorite pour diriger le parlement dans la seconde moitié de son mandat, lorsque le poste appartenait par accord au Parti populaire d’Europe centrale.

Malgré l’accord, jusqu’à récemment, tous les députés socialistes n’étaient pas enthousiastes à l’idée de choisir Metsola. Ils ont été très troublés par son vote constant contre des résolutions qui imposaient l’avortement aux pays européens qui protègent plus strictement la vie à naître. En outre, certains dans les rangs des socialistes étaient convaincus qu’à la lumière de certains des succès électoraux socialistes de l’année écoulée, mettant en évidence les élections en Allemagne, Metsola ne représenterait pas adéquatement les citoyens européens.

Il croit à l’idée d’Europe, pas à la bureaucratie

Robert Metsol est considéré comme un représentant de l’aile la plus libérale ou progressiste du Parti populaire européen. Elle se présente comme une Européenne qui croit passionnément à l’idée d’Europe, et ne voit pas dans l’Union européenne une institution bureaucratique figée, mais sa propre passion.

L’élection du président du Parlement européen est venue comme un cadeau d’anniversaire à l’occasion de son 43e anniversaire. Metsola est marié et a quatre fils. En 2009, elle était avec son mari Ukkom Metsolo le premier couple marié à se présenter aux mêmes élections européennes en tant que représentants de différents pays. Le mari d’Ukko est finlandais.

Mais son élection a échoué à l’époque. Elle n’a été élue au Parlement européen qu’en 2013 lors d’élections partielles, lorsque son prédécesseur Simon Busuttil a été élu au Parlement maltais après avoir pris la tête du Parti national maltais, auquel Metsola appartient toujours. Depuis lors, cependant, sa carrière parlementaire n’a fait que s’accélérer.

Elle a été présidente de la commission des pétitions, membre de la commission des libertés civiles, de la commission du droit et des affaires intérieures et de la commission LIBE, et elle a également enquêté sur le blanchiment d’argent à la suite de la divulgation des Panama Papers.

Pro-vie progresivka

Ses adversaires l’ont le plus souvent accusée de s’opposer à l’avortement. Elle-même a toujours voté contre les résolutions imposant l’avortement aux pays européens, mais elle dit n’avoir aucune réserve sur l’avortement.

Son vote contre l’avortement doit être compris davantage à la lumière de la politique locale à Malte, qui est le seul pays européen à interdire l’avortement et bénéficie du soutien du grand public. Bien que les contrevenants ne soient pas spécifiquement poursuivis, l’avortement est officiellement interdit à Malte. si la santé de la femme enceinte est en danger, ils décident au cas par cas. Malte a donc la politique qui protège le plus la vie à naître.

Dans le même temps, selon certaines estimations, Malte est aussi le plus »Adapté aux LGBT« Un pays d’Europe. « Discrimination fondée sur l’orientation sexuelle » était là « éliminé  » dès 2004, et les partenariats homosexuels sont assimilés à la famille même au niveau constitutionnel.

C’est dans cette optique que Metsola défend strictement la politique LGBT et, comme elle le dit, se bat pour le féminisme. Elle a été co-rapporteuse sur la question controversée Rapport européen contre l’homophobie et la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre en 2014, qui a ensuite servi de base à de nombreux LGBT et le genre politiques dans l’UE. Elle est également une ardente défenseure de la politique d’asile ouverte de l’Union européenne.

Un consensus de gros clients qui a son prix

Metsolo a été soutenue par 458 des 616 bulletins de vote valides, faisant d’elle la présidente du Parlement au premier tour. A savoir, les règles exigent que le candidat reçoive la majorité absolue (50% + une voix) des voix. En échange de soutien, les socialistes et les libéraux ont également obtenu des postes clés. Entre autres choses, les socialistes ont un vice-président supplémentaire du parlement (5 au total), les libéraux auront également un vice-président supplémentaire (un total de 3), et un de moins à cause de la présidence du PPE (maintenant 4) .

Après l’élection, Metsola a déclaré qu’elle souhaitait poursuivre le travail du prédécesseur de Sassoli et qu’elle s’efforcerait de rassembler tous les groupes parlementaires. « Je voudrais renforcer la culture du dialogue, la politique ne doit pas être une lutte entre gagnants et perdants, mais au service des citoyens », a-t-il déclaré. elle a dit. Elle a également annoncé un combat pour les droits des femmes.

Il faut s’attendre à de la connectivité et à plus de conservatisme, mais il est peu probable qu’il y ait beaucoup plus de bon sens en Europe.

Le vote constant de Metsola dans le domaine de la protection de la vie est certainement à saluer, et sa capacité à construire des ponts, à connecter, à coopérer et à dialoguer est reconnue de toutes parts. Des qualités qui ne peuvent qu’être saluées par le président d’un Parlement européen de plus en plus divisé dans une Europe de plus en plus divisée. Sa position sera également utile dans la coopération entre la commission et le parlement.

En même temps, il est clair que même sous sa direction, il n’y aura pas beaucoup de progrès dans des domaines qui sont cruciaux pour l’Europe, mais dont elle ne s’occupe pas. Sa conviction est pleinement conforme à ce que les électeurs maltais attendent d’elle et, selon des entretiens récents, son attitude envers l’avortement n’est pas intime, mais la volonté de ses électeurs nationaux.

L’Europe n’a donc pas un leader sérieux avec une colonne vertébrale, mais un représentant féministe et LGBT soucieux de l’agenda d’un parti par ailleurs conservateur qui est excellent pour faire des compromis. Mais en même temps, ce n’est pas un opposant radical aux valeurs sur lesquelles l’Europe est fondée.

Elle prédit également la poursuite de la politique du socialiste Sassoli. À sa manière, c’est quelque peu contradictoire, mais en partie Sassoli l’était. En tant que socialiste, il a soutenu des programmes de gauche incompatibles avec la doctrine catholique, mais en même temps, il a régulièrement assisté à la messe, installé des crèches dans son bureau et assisté à des funérailles à l’église d’État. En Europe, cependant, les choses se passent différemment de ce que beaucoup de gens comprennent chez eux.

Nous pouvons saluer l’élection de Metsola, mais en même temps, nous ne devons pas créer d’attentes élevées.

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.