Steve Schapiro, photographe de la lutte pour les droits civiques et les portraits emblématiques, est décédé

Schapiro est décédé samedi à son domicile de Chicago d’un cancer du pancréas, a annoncé son agent.



Photo : EPA

Il est né à New York et s’est intéressé à la photographie à l’âge de neuf ans lors d’un camp d’été. Il a étudié avec un photojournaliste W. Eugenu Smithu, qui a soutenu son approche humaniste de la photographie, rapporte le portail Web Hollywood Reporter. Dans sa création photographique, il s’est appuyé sur le travail d’un photographe français Henrija Cartier-Bressona.

Ses photos ont fait la couverture de magazines tels que Life, Look, Time, Newsweek, Rolling Stone, Vanity Fair, Sports Illustrated, People et Paris Match.

Il a photographié un voyage de 1963 à Washington au cours duquel il avait Martin Luther King jr. le célèbre discours « J’ai un rêve », la marche de Selma à Montgomery en 1965 et la campagne présidentielle Robert F.Kennedy en 1968.


Photo : EPA
Photo : EPA

Il a créé des photographies publicitaires et des affiches pour des films tels que Midnight Cowboy (1969), Godfather (1972), The Girl I Loved (1973), Taxi Driver (1976), The Man Who Fell to the Ground (1976), Dangerous Business ( 1983) et Billy Madison (1995) et a collaboré avec Barbra Streisand et Bowie à la création des pochettes d’albums.

Son livre Les héros de Schapiro à partir de 2007, elle a reçu le Art Directors Club Cube Award, dans lequel elle a rassemblé des portraits de Barbra Streisand, Warhol, Kennedy, Charles, Mohamed Ali, Martin Luther King jr., Jacqueline Kennedy Onassis, James Baldwin, Samuel Beckett dans Trumana Capoteja.


Avec sa photo pour le film Taxi Driver.  Photo : EPA
Avec sa photo pour le film Taxi Driver. Photo : EPA

Parmi les autres livres qu’il signe figurent, entre autres Alors et maintenant avec des photos Jack Nicholson, Marlon Brand, John Houston, Otto Preminger, Orson Welles et autres, et Le feu la prochaine fois à partir de 2017 avec ses photographies des luttes pour les droits civiques et le discours d’accompagnement de James Baldwin.

Il a également créé des essais photographiques sur une variété de sujets tels que la consommation de drogue, Apollo Theater, les caniches et les présidents.

Depuis l’exposition du Metropolitan Museum of Art de 1969 Harlem dans ma tête ses photographies ont fait l’objet d’expositions dans des musées et des galeries du monde entier. Des expositions personnelles récentes ont été présentées à Los Angeles, Londres, Amsterdam, Paris et Berlin.

Il laisse dans le deuil sa femme Maura et ses enfants Theophilus, Adam, Elle et Taylor.

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.