Voyageant en Slovénie avec un camping-car, Ana a fait du kitesurf et du surf

Parmi les skieuses qui attendent la saison avec impatience et qui, jusqu’à présent, ont été particulièrement satisfaites des préparatifs sur la neige en Argentine, où l’équipe nationale slovène s’est rendue pour la première fois en trois ans, figurent Méta Hrovat et Ana Bucik. Cette dernière a franchi une étape notable au cours de la dernière saison et fait désormais partie des meilleures skieuses de slalom au monde. La Kranjskogorka faisait déjà partie de l’élite sélectionnée des skieurs de slalom géant, mais lors de la dernière saison olympique, elle ne l’a pas remplie. des objectifs personnels élevés et les attentes du public sportif.

Et il en est bien conscient : « Ma carrière est évidemment pleine de hauts, de bas, de rebondissements, de culbutes… Me voici devant vous et en train de réfléchir aux changements. » Avec le coach Denis Steharnik J’ai travaillé dans le passé et je ne pense pas qu’il y aura de problème particulier à s’habituer à une approche différente. »

De Logarska dolina à la rivière Soča

Sinon, au cours de l’hiver dernier, Hrovatova a travaillé selon le programme Livia Magonial’un des experts les plus respectés lors de la coupe du monde de ski alpin, autrefois réalisateur des exploits de notre champion Tina labyrinthe et plus tard de brillants concurrents slovaques Petre Vlhova. Où s’est-il coincé entre notre slalomeur géant et l’Italien ? « Je ne sais même pas exactement. Nous sommes tous les deux des travailleurs, ce n’est pas un problème pour moi de skier beaucoup, de m’entraîner, c’est peut-être le problème parce qu’il y avait peut-être déjà trop d’entraînement. J’aime que nous ayons conclu une collaboration avec une conversation ouverte. Si j’ai besoin de quoi que ce soit, je peux l’appeler. C’est un entraîneur de haut niveau, cela ne fait aucun doute, mais c’est vrai que notre coopération n’avait pas vraiment d’avenir », a avoué le joueur de 24 ans.

C’est après ce travail acharné et aussi la déception d’une saison pire que prévu qu’elle a eu besoin d’un repos complet, qu’elle a également combiné avec la partie introductive des préparatifs : « J’ai parcouru la Slovénie en camping-car et j’ai découvert à quel point c’était beau J’ai passé quatre jours merveilleux dans la Logarska dolina, Kočevje, Ribnica, Kolpa, Štajerska sont magnifiques, j’apprécie toujours la Zgornjesavska dolina ici, et bien sûr la Soča aussi », ce qui n’a pas mis fin à son enthousiasme : « Nous avons tant d’endroits merveilleux qu’on ne connaît même pas. Sinon, j’avais avec moi un vélo, des poids, du matériel d’escalade, une vraie petite salle de sport itinérante. »

Une triste vue sur les glaciers d’Europe

Avant de partir pour l’hémisphère sud, elle attendait avec impatience une préparation approfondie sur la neige, tout comme Ana Bucik, une Primorka de Nova Gorica, qui a fait de gros progrès ces deux dernières saisons et a d’ailleurs intégré la crème du slalom sélectionné.

Cette année, Meta Hrovat a découvert les beautés que la Slovénie a à offrir. PHOTO : Mediaspeed.net

« Je me sens bien, je suis en bonne santé et il y a encore de la vraie neige en Argentine », nous a-t-elle dit, nous rappelant que les conditions sur les glaciers d’Europe centrale empirent chaque année. « En pensant à notre Saas-Fee en juillet, je dois souligner qu’il n’y a pas beaucoup de neige là-bas, c’était triste à voir. Il y avait aussi beaucoup moins de pistes ouvertes que par le passé, en fait nous avons eu la chance de nous entraîner pistes et j’en ai bien profité. C’était bien pour une semaine, mais c’est vraiment bien qu’on n’ait pas à être là tout l’été cette année », souligne notre représentante et dévoile bien sûr ses nobles objectifs : « Enfin, j’ai fini la saison très bien (dans le dernier slalom de la saison en France, elle était 4., op), je pense que je peux le mettre à niveau sans aucun problème. Nous savons ce que cela signifie et j’espère pouvoir le faire.

En Grèce avec mon copain

Elle l’aime aussi parce qu’elle continuera à travailler sous la direction de son entraîneur actuel, Jeseničan Sergej Polšak. « Je suis très satisfait de Sergej car il sait de quoi et quand j’ai besoin à l’entraînement. C’est bien parce que je vais continuer à travailler avec lui, mais bien sûr, les directives seront fixées à des objectifs plus élevés. Même dans le slalom géant, j’aimerais pour éviter les fluctuations et suivre les succès du slalom », pense-t-il et, par exemple, contrairement à Hrovatova, il n’ouvre pas un nouveau chapitre de l’entraînement.

Tina Robnik, Ana Bucik, Meta Hrovat et Andreja Slokar ont également marqué la dernière saison de ski.  PHOTO : Jure Eržen

Tina Robnik, Ana Bucik, Meta Hrovat et Andreja Slokar ont également marqué la dernière saison de ski. PHOTO : Jure Eržen

Ils diffèrent également par où et quand ils ont passé leurs jours de vacances. Ana a décidé de partir à l’étranger. Avec un garçon Kris Jogan, sinon, les joueurs de football et les entraîneurs sont allés en Grèce. « C’est plus facile pour nous de nous coordonner début juillet, et ça me convient parce que c’est une bonne journée pour moi pour me reposer un peu après une préparation physique poussée », dit-elle, et lorsqu’on lui demande si elle a surfé ou fait du kitesurf en mer cette année, elle lâche : « Les deux ! » Et elle a ajouté qu’elle s’améliore dans les deux domaines d’année en année. « Je ne m’inquiète pas de ce que je ferai en mer après avoir terminé le voyage de ski », a-t-elle ri et a souhaité qu’il y ait beaucoup de bonne humeur en regardant les résultats de l’hiver semi-olympique à venir.

Sacha Samuel

"Pionnier du café adapté aux hipsters. Créateur sympathique. Analyste primé. Écrivain. Érudit culinaire. Accro à la télévision. Ninja d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.