La Chine poursuit ses exercices militaires près de Taïwan au milieu des critiques de l’Occident. Dans le même temps, il suspend sa coopération avec les États-Unis.



La Chine mène des exercices militaires aériens et navals à grande échelle près de Taïwan. Photo : Reuters

Le ministère de la Défense de Taïwan a décrit le franchissement par la Chine de la ligne médiane, qui est considérée comme une frontière non officielle mais largement acceptée, comme « grave provocation »ce qui a été confirmé par le président Caj Ingven, qui a qualifié jeudi d’irresponsables les exercices militaires chinois près de Taïwan – « non seulement à Taïwan, mais aussi à la communauté internationale ».

Dans une allocution vidéo, le président Caj a fait une demande à Pékin « rationalité et retenue » et a déclaré que Taïwan n’exacerberait pas les tensions avec la Chine, mais a souligné que l’île défendrait sa souveraineté, rapporte l’agence de presse française AFP.

Le ministre américain des Affaires étrangères a également réagi de manière critique Antoine Blinkenqui, lors d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (Asean), a de nouveau condamné les exercices militaires chinois et a déclaré que « De telles actions provocatrices signifient une escalade significative de la tension ». Le ministre australien des Affaires étrangères a également réagi de la même manière Penny Wangqui disait qu’il s’agissait « disproportionné et déstabilisant » se déplace.

La réunion des ministres des affaires étrangères de l’ASEAN dans la capitale cambodgienne Phnom Penh est également suivie par le haut représentant de l’UE pour la politique étrangère Josep Borellqui a appelé toutes les parties impliquées dans les développements du détroit de Taiwan à éviter une escalade de la situation qui pourrait conduire à « problèmes plus sérieux ».

La Chine, quant à elle, rejette fermement les critiques. Après que le Japon au sein du Groupe des sept principaux pays industrialisés (G7) ait critiqué les exercices militaires chinois près de Taïwan, le ministère des Affaires étrangères de Pékin a convoqué aujourd’hui l’ambassadeur du Japon pour des entretiens. La veille, les ambassadeurs des pays restants du G7 et des représentants de l’UE ont également été invités à la conversation.

Le G7 a exprimé son inquiétude dans une déclaration de ses ministres des Affaires étrangères, qui ont souligné qu’il n’y avait aucune raison pour que la Chine utilise la visite d’un représentant politique américain de haut rang à Taïwan comme un « un prétexte pour des activités militaires agressives ».


Nancy Pelosi.  Photo : EPA
Nancy Pelosi. Photo : EPA

Nancy Pelosi : les États-Unis ne permettront pas à la Chine d’isoler Taïwan

Les États-Unis ne permettront pas à la Chine d’isoler Taïwan, a déclaré la présidente de la Chambre Nancy Pelosi lors d’une visite à Tokyo, la dernière étape de sa tournée asiatique.

Avec le Premier ministre japonais Fumio Kishido face à la montée des tensions dans le détroit de Taiwan, ils ont confirmé leur volonté de coopération étroite dans la région.

Lors de sa visite à Tokyo, la politicienne démocrate n’a pas directement commenté les exercices militaires chinois, avec lesquels Pékin a répondu à sa visite à Taïwan, qui, selon Pékin, fait partie de la Chine, mais elle a affirmé que les politiciens américains devraient pouvoir voyager librement à Taïwan, rapporte l’agence de presse française AFP.

Elle a également souligné que le but de sa visite à Taïwan n’était pas de changer le statu quo dans la région, décrivant Taïwan comme « l’un des pays les plus libres de la région » et « une grande démocratie avec une économie prospère »selon l’AFP.

L’armée chinoise a tiré jeudi cinq missiles balistiques dans la zone économique exclusive du Japon depuis les eaux au large de Taïwan. La conduite chinoise a « de graves conséquences pour la paix et la stabilité dans la région et la communauté internationale »Kishida a commenté les exercices militaires chinois, la couverture médiatique japonaise est résumée par l’agence de presse allemande DPA.

Nancy Pelosi est arrivée jeudi soir à Tokyo au terme de sa tournée asiatique, au cours de laquelle elle s’est rendue à Singapour, en Malaisie, à Taïwan et en Corée du Sud en plus du Japon. Lors de sa visite dans ce dernier, la congressiste de 82 ans a entre autres visité la zone démilitarisée à la frontière avec la Corée du Nord et confirmé l’engagement des Etats-Unis concernant le désarmement nucléaire de Pyongyang.


Photo : Reuters
Photo : Reuters

La Chine impose des sanctions à Nancy Pelosi

Entre-temps, les autorités chinoises ont annoncé qu’elles avaient imposé des sanctions à Nancy Pelosi et aux membres de sa famille immédiate. Les détails concernant le contenu des sanctions n’ont pas encore été divulgués à Pékin.

« Ignorant les sérieuses préoccupations de la Chine et sa forte opposition, Nancy Pelosi a insisté pour visiter la région chinoise de Taiwan. Cela constitue une ingérence flagrante dans les affaires intérieures de la Chine », a-t-il ajouté. a déclaré aujourd’hui le ministère chinois des Affaires étrangères dans un communiqué.

« Cette action porte gravement atteinte à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de la Chine, bafoue le principe d’une seule Chine et menace la paix et la stabilité du détroit de Taiwan. En réponse à la grave provocation, la Chine a décidé d’adopter des sanctions contre Nancy Pelosi et les membres de sa famille immédiate. conformément aux lois pertinentes de la République populaire de Chine », ils ont également écrit.

La Chine rompt sa coopération avec les États-Unis

La Chine a également annoncé qu’elle suspendait sa coopération avec les États-Unis dans plusieurs domaines. Pékin va ainsi suspendre les négociations sino-américaines sur le changement climatique, annuler la rencontre des chefs militaires des deux pays et deux autres rencontres sur le thème de la sécurité, a annoncé le ministère chinois des Affaires étrangères. Il cite le mépris de l’opposition de la Chine à la visite de Nancy Pelosi à Taiwan comme raison.

La Chine et les États-Unis, les plus grands émetteurs de gaz à effet de serre au monde, ont conclu de manière inattendue un accord sur le climat lors du sommet COP26 à Glasgow l’année dernière. Les deux pays se sont engagés à travailler ensemble pour faire avancer l’action climatique au cours de la prochaine décennie et à se rencontrer régulièrement pour « faire face à la crise climatique ».

Le ministère chinois des Affaires étrangères a également annoncé que Pékin suspendait sa coopération avec Washington dans les domaines du retour des réfugiés, de la justice, de la criminalité internationale et de la lutte contre la drogue.

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.