La France a reporté les mesures contre le Royaume-Uni concernant les licences de pêche



Photo : EPA

Ministre français des affaires européennes Clément Beaune a annoncé lundi soir sur Twitter que la France n’imposerait pas de menaces de représailles à minuit. Paris a annoncé qu’à partir d’aujourd’hui certains ports seront fermés aux navires britanniques et qu’un contrôle plus strict sera exercé sur les pêcheurs du Royaume-Uni. Dans ce cadre, nous procéderions également à des contrôles plus stricts sur les camions.

Comme il l’a expliqué, ils l’ont reçu du gouvernement britannique « premiers signaux » sur la possibilité d’accélérer les pourparlers sur la résolution du différend, ils ont donc décidé de poursuivre le dialogue avec Londres. Le ministre britannique du Brexit devrait avoir une discussion approfondie à Paris jeudi Davida Frosta.

Comme Beaune, a déclaré le président français en marge du sommet sur le climat COP26 à Glasgow. Emmanuel Macron. Au lieu de remplir son ultimatum et d’imposer des sanctions de représailles ce soir, Paris préférera poursuivre le dialogue pour l’instant, a-t-il confirmé. Dans le même temps, il a dit faire confiance au Premier ministre britannique Borisu Johnson, qu’il prendrait au sérieux les propositions françaises et que les pourparlers apporteraient enfin « résultat », rapporte l’agence de presse française AFP.

Le gouvernement de Londres a salué la décision de la France et Frost a confirmé sur Twitter qu’il avait accepté l’invitation de Beauno à la réunion de jeudi. « Comme nous l’avons dit à plusieurs reprises, nous sommes prêts à poursuivre des discussions intensives sur la pêche, notamment en examinant toute nouvelle preuve à l’appui des demandes de licence restantes », a-t-il ajouté. a déclaré un porte-parole du gouvernement.

Accès problématique aux permis de pêche

Paris accuse Londres de refuser aux pêcheurs français l’accès aux permis de pêcher dans les eaux britanniques. La raison en était la décision de septembre des autorités de Grande-Bretagne et de l’île de Jersey, qui refusaient de délivrer des licences à des dizaines de bateaux de pêche français pour pêcher dans leurs eaux territoriales. Des licences ont dû être demandées par les pêcheurs français en raison de la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE.

Paris a averti que Londres violait l’accord sur le Brexit. Londres, en revanche, rejette toutes les allégations et affirme que les pêcheurs n’ont pas fourni tous les documents nécessaires.

Les parties n’étant pas parvenues à une solution, la France a annoncé qu’elle mettrait en œuvre les mesures de rétorsion susmentionnées à partir d’aujourd’hui.

En réponse à cet ultimatum, Londres a menacé de ses actions qui affecteraient l’ensemble de l’Union européenne. ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss elle a déclaré lundi dans une interview à Sky News que le différend devait être résolu dans les 48 heures, sinon ils déclencheraient des mécanismes dans le cadre de l’accord de Brexit avec l’UE et exigeraient une compensation. Londres a également annoncé des inspections plus strictes des navires de pêche de l’UE.

Pour résoudre le différend juste avant la date limite, la Commission européenne a convoqué une réunion lundi après-midi, à laquelle ont participé des représentants de haut niveau de la France et de la Grande-Bretagne, ainsi que des îles de Jersey et de Guernesey, par liaison vidéo.

Paris et Londres apaisent les discours hostiles

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.