La guerre d’Ukraine aux yeux des Slovaques – Tibor Kališ

Je voudrais exprimer mon point de vue sur les développements à notre frontière orientale. Je commencerai par l’attitude des Slovaques face à la géopolitique. Dans l’histoire moderne de la nation slovaque, toutes les garanties militaires étaient inutiles. En 1938, la France et la Grande-Bretagne nous ont garanti l’indépendance. Leur réponse, mais en ce qui concerne la soi-disant rupture de pain, était que nous sommes désolés pour la Tchécoslovaquie, mais cela ne vaut pas une autre guerre mondiale … De cela, je comprends la réticence des Slovaques envers l’OTAN et les contrats d’aide militaire . Dans le cas de l’Ukraine, la même chose se produit actuellement. Nous sommes désolés pour l’Ukraine et cela ne vaut pas la prochaine guerre mondiale … d’autres sanctions, qui ne fonctionnent évidemment pas pour la Russie, ne sauveront pas les marches et les drapeaux.

L’article continue sous la publicité vidéo

D’un autre côté, nous avons des militants pro-russes en Slovaquie qui ont apparemment oublié 1968. Quand nos fidèles camarades sont venus nous sauver de la « contre-révolution ». Où, comme maintenant, en Ukraine, ils sont allés assurer la paix, la joie et l’amour sur les coques des chars. Et qu’en est-il alors de l’Occident ? Ohhh la même chanson … Nous sommes désolés pour la Tchécoslovaquie, mais ça ne vaut pas une autre guerre …

Il en ressort clairement que les deux parties ne caressent que leurs intérêts, alors qu’elles ne se soucient pas du nombre de personnes qui meurent. L’OTAN, dirigée par les États-Unis, sont des hypocrites qui n’interviennent que lorsque cela les arrange ou lorsqu’un dictateur donné n’exerce pas la fonction requise selon leurs idées.

En fin de compte, seuls les gens ordinaires paient toujours, comme ils le font maintenant en Ukraine. Et il n’y a pas que les Ukrainiens, les soldats russes préféreraient probablement aussi rester chez eux sur le dos plutôt que de tuer leurs frères slaves.

Pour reprendre les mots d’un de mes personnages de série préférés : La guerre n’est pas l’enfer, la guerre est la guerre et l’enfer est l’enfer, et des deux, la guerre est la pire. Vous vous demandez pourquoi ? Qui diable va? Des pécheurs… Et c’est exactement ce que… il n’y a pas de spectateurs innocents en Enfer. La guerre en est pleine: enfants, retraités … En gros, tout le monde dans la guerre, à quelques exceptions près, est un spectateur innocent …

Je terminerai mon raisonnement par le fait que Gruppa Krovi joue la chanson dans de nombreuses têtes de jeunes soldats des deux côtés probablement du front et les paroles : No ostat’sya in etoy grass, et beaucoup d’entre eux finissent dans cette herbe.. .

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.